L’ouverture d’un restaurant demande l’accomplissement de diverses formalités et études au préalable. C’est un secteur d’activité très fructueux, mais à la fois concurrentiel. Retrouvez ainsi dans ce guide, tout ce qu’il faudra faire pour vous aider à ouvrir un restaurant.

Les études et étapes de préparation pour l’ouverture d’un restaurant

ouvrir un restaurant,Le premier point important pour ouvrir un restaurant sera la source de financement. Une fois que vous disposez des ressources nécessaires pour le lancement de l’activité, vous pouvez démarrer le projet. Il faudra ainsi faire une étude économique sur les besoins financiers nécessaires.

Par la suite, il faudra faire une étude de marché. Il s’agira de trouver le nom, le menu, la décoration, etc. Après cela, choisissez un emplacement pour le local. C’est un point également très important, car il sera le facteur clé de votre réussite. Le restaurant devra en effet être implanté dans un lieu bien visible et fréquenté ; et il doit disposer d’un parking spacieux pour les clients. Vous aurez le choix entre une nouvelle construction ou un bail commercial ; et vous allez passer à la décoration de la salle.

Ensuite, vous allez accomplir quelques formations obligatoires. Il n’y a pas de diplôme exigé pour l’ouverture d’un restaurant, mais vous devez être à jour sur les conditions d’hygiène instaurées par la législation. Vous devez également disposer d’un permis d’exploiter. Cependant, l’idéal serait de disposer d’un minimum de connaissance dans le domaine pour mieux comprendre son fonctionnement. Vous pouvez par exemple suivre des formations en ligne ou dans un institut pour avoir des connaissances de base et obtenir un certificat.

Le statut juridique du restaurant

La restauration rentre dans le cadre d’une activité commerciale. Son exploitation nécessite donc une inscription auprès de la Chambre du commerce et de l’industrie. Si vous faites cependant de la vente à emporter, vous devez également vous inscrire au Registre des commerces et des sociétés.

Pour ces inscriptions susmentionnées, vous aurez à choisir la dénomination sociale de votre restaurant et choisir son statut juridique.

Le premier choix des restaurateurs est le statut de micro entreprise. Cela s’explique en raison de son moindre coût pour les cotisations sociales. Le taux sera en effet très bas, à comparer des autres statuts. L’activité sera ainsi comprise dans la vente de marchandises, et non dans la prestation de service. Le taux de TVA applicable sera donc de 10 % seulement.

Le second choix sera de créer un statut de société, qui pourra être une SARL, une EURL, une SAS ou une SASU. Le coût sera plus onéreux avec une TVA normale de 20 %, mais l’avantage sera de bénéficier du régime de protection et de fonctionnement d’une société.

Pour le dernier choix, il s’agira du statut de l’entreprise individuelle. Dans ce cas, vous aurez besoin d’avoir des compétences en comptabilité ou engager un expert-comptable.

Les normes et réglementations en vigueur du secteur de la restauration

En tant que restaurateur, vous devez vous conformer aux normes et réglementations régissant le secteur. Il s’agit du respect des normes d’hygiènes, du permis d’exploiter pour pouvoir servir de l’alcool, du respect des normes de sécurité (sécurité incendie), de l’accessibilité aux personnes handicapées, de la salle réservée aux fumeurs et de l’utilisation des ingrédients allergènes dans les plats. Ce sont les mentions essentielles et obligatoires pour ouvrir un restaurant, mais il peut y avoir d’autres consignes suivant la nature de votre activité.